Bonjour, là, bonjour

novembre 2018

mer 7 Billets
en
ligne
jeu 8 Billets
en
ligne
ven 9 Billets
en
ligne
mar 13 Billets
en
ligne
mer 14 Billets
en
ligne
jeu 15 Billets
en
ligne
Billets
en
ligne
ven 16 Billets
en
ligne
sam 17 Billets
en
ligne
mar 20 Billets
en
ligne
Billets
en
ligne
mer 21 Billets
en
ligne
jeu 22 Billets
en
ligne
Billets
en
ligne
ven 23 Billets
en
ligne
sam 24 Billets
en
ligne
mar 27 Billets
en
ligne
mer 28 Billets
en
ligne
jeu 29 Billets
en
ligne
Billets
en
ligne
ven 30 Billets
en
ligne

décembre 2018

sam 1 Billets
en
ligne
mar 4 Billets
en
ligne
mer 5 Billets
en
ligne
  • Avant-première scolaire
  • Mercredis causerie après la représentation
  • Première
  • Rencontre avec les artistes après la représentation
  • Supplémentaire
  • Supplémentaire scolaire

Résumé

De Michel Tremblay
Mise en scène Claude Poissant
Production Théâtre Denise-Pelletier

Billeterie grand public

Au début des années 1970, Serge, bientôt 30 ans, revient de trois mois en Europe. Il retrouve ses sœurs que tout oppose  sauf lui-même, ses tantes hypocondriaques et son père toujours plus enfermé dans sa surdité. Serge vit une relation inavouable. Mais si son cri d’amour est déjà condamné, pourquoi le faire entendre à une cellule familiale dont les rêves et désirs sont définitifs ? Écrite un peu moins d’une décennie après Les Belles-Sœurs dans un Québec qui s’affranchit de ses fantômes, de sa mère patrie et de l’Oncle Sam, Bonjour, là, bonjour est une tragédie chorale à l’humour acéré. Elle se déploie en 31 brefs tableaux qui esquissent de l’un à l’autre un chemin de la réprobation à la tolérance.

Pour sa cinquième mise en scène à titre de directeur artistique, après Musset, Molière et les créations de Larry Tremblay et Fanny Britt, Claude Poissant choisit Michel Tremblay. C’est pour lui un premier rendez-vous avec notre grand écrivain qui reçut l’an dernier, parmi ses nombreux honneurs, le prestigieux prix Gilles Corbeil, pour souligner l’ensemble de l’œuvre d’un auteur de langue française au Québec.

Équipe

Avec

Sandrine Bisson, Mireille Brullemans, Francis Ducharme, Annette Garant, Diane Lavallée, Mylène MacKay, Gilles Renaud et Geneviève Schmidt  

Concepteurs - collaborateurs

Assistance et régie
Alain Roy
Scénographie
Olivier Landreville
Costumes
Marc Senécal
Lumières
Alexandre Pilon-Guay
Musique originale et Conceptiosonore 
Laurier Rajotte
Maquillages
Florence Cornet
Accessoires
Étienne René-Contant

 

Biographies

Bonjour, là, bonjour
Crédit: Laurent Theillet

Michel Tremblay Auteur

Figure dominante du théâtre québécois, Michel Tremblay a érigé depuis la fin des années 1960 une œuvre imposante, comme dramaturge, romancier, traducteur, adaptateur et scénariste : 28 pièces de théâtre, 3 comédies musicales, 28 romans, 1 recueil de contes, 5 recueils de récits autobiographiques, 7 scénarios de films, 44 traductions ou adaptations d'auteurs étrangers, 1 livret d'opéra, 1 cycle de chansons ainsi que les paroles d'une douzaine de chansons. Toutes publiées, plusieurs pièces de Tremblay ont été acclamées au Canada, aux États-Unis et un peu partout en Europe. Il est cité dans les dictionnaires Larousse et Robert, l'encyclopédie Who's Who et le Dictionary of International Biography. Six fois boursier du Conseil des arts du Canada, Michel Tremblay a reçu plus de 80 prix au cours de sa carrière, dont les prestigieux Prix Prince Pierre de Monaco et Prix Gilles-Corbeil de la Fondation Émile-Nelligan pour l’ensemble de son œuvre.

...

Bonjour, là, bonjour
Crédit: Jean-François Brière

Claude Poissant metteur en scène

Auteur, comédien, et surtout metteur en scène réputé, Claude Poissant a été nommé à la direction artistique du Théâtre Denise-Pelletier (TDP) au printemps 2014. Auparavant, il était codirecteur artistique et l’un des fondateurs (1978) du Théâtre PàP, une compagnie de création vouée à la dramaturgie contemporaine. Figure de proue du théâtre québécois depuis 30 ans, Claude Poissant est un défricheur et un défenseur de paroles. Parmi ses mises en scène récentes, rappelons Le Traitement de Martin Crimp, Je voudrais me déposer la tête de Jonathan Harnois, Abraham Lincoln va au théâtre de Larry Tremblay, Mutantès de Pierre Lapointe, Rouge Gueule d’Étienne Lepage, The Dragonfly of Chicoutimi de Larry Tremblay,  et Tom à la Ferme de Michel Marc Bouchard.  Il a également signé les mises en scène de Tristesse animal noir de Anja Hilling, Après moi, le déluge de Luisa Cunillé, Bienveillance de Fanny Britt, Marie Tudor de Victor Hugo, Cinq visages de Camille Brunelle de Guillaume Corbeil  et dernièrement de Grande Écoute de Larry Tremblay, une réflexion mordante et insidieuse sur la compassion. En 2016, il signe la mise en scène de L'orangeraie de Larry Tremblay qui sera présentée en tournée en 2018. L'Avare est sa dernière mise en scène présentée au Théâtre Denise-Pelletier en 2017 et il signera au même endroit, en janvier 2018, la mise en scène d’Hurlevents qui marque sa troisième collaboration avec l’auteure Fanny Britt. Une création qui construit un pont entre la jeunesse de l’ère victorienne et les milléniaux.

Bonjour, là, bonjour
Crédit: Yola van Leeuwenkamp

Sandrine Bisson Lucienne

Depuis sa sortie de l’École nationale de théâtre en 1999, Sandrine cumule les rôles au cinéma, à la télévision et au théâtre.

Au cinéma, elle nous a marqués dans le film 1981 pour lequel elle obtient le Jutra du meilleur rôle de soutien féminin en 2010, qui sera suivi de deux nominations dans la même catégorie en 2012 pour La peur de l’eau ainsi qu’en 2015 pour le film 1987. On a pu la voir dans Le Nèg' de Robert Morin, Coteau rouge d’André Forcier et 1991 de Ricardo Trogi

S’ajoutent à cela une trentaine de courts métrages souvent primés en festivals.

Sandrine a également participé à plusieurs productions au petit écran dont L’imposteur, Le berceau des anges, Yamaska, Patrice Lemieux 24/7, Mensonges, Prozac, Les beaux malaises.

Elle prend grand plaisir à participer à de nombreuses webséries toutes aussi touchantes qu’humoristiques.

Très présente au théâtre, elle a souvent foulé les planches de La Licorne, notamment dans les pièces Cuisiner avec Elvis mise en scène par Philippe Lambert et Les contes urbains montée par Brigitte Poupart en 2015. En 2012, elle a joué au Théâtre du Rideau Vert dans la pièce Avec Norm et Bonbons assortis, toutes deux mises en scène par René Richard Cyr.

...

Bonjour, là, bonjour
Crédit: Véro Boncompani

Mireille Brullemans Monique

Formée à l'option-théâtre du Collège Lionel-Groulx de Ste-Thérèse, Mireille a travaillé principalement dans le milieu du théâtre enfance-jeunesse. Elle a joué dans plusieurs productions du Théâtre Le Clou dont « Les Zurbains » et « Les Trains » d’Olivier Choinière misent en scène par Benoît Vermeulen. C’est également sous la direction de Benoît qu’elle participe à la pièce « Les mauvaises herbes » de Jasmine Dubé du Théâtre Bouches décousues. Enfin, au Carrousel, elle est de la distribution de «Petit navire» de Normand Chaurette mise en scène par Gervais Gaudreault.  Elle jouait avec Lionel Villeneuve pour qui c'était le dernier spectacle d'une carrière plus que remarquable, une superbe tournée en France s'en est suivi, laissant un souvenir qui restera à jamais gravé dans sa mémoire. 

Elle a fait aussi des incursions à la télévision, notamment dans le téléroman écrit par Normand Canac-Marquis ,«Fred-Dy», ainsi que dans «Histoires de filles » et «Toute la vérité».  Au cinéma, on a pu la voir dans «Catimini» réalisé par Nathalie St-Pierre, «10 et demi» de Podz, «Polytechnique» de Denis Villeneuve.

C'est avec une grande joie qu'elle retrouve Claude Poissant, un collaborateur de longue date, qui l'a dirigée dans «Le sous-sol des anges» de Louis-Dominique Lavigne, «Les enfants d'Irène» de Claude , «Unity 1918» de Kevin Kerr et «Les amis» de Kobo Abé. Participer, grâce à lui, à cette magnifique pièce de Michel Tremblay est une nouvelle aventure que Mireille vit tel un rêve éveillé.

...

Bonjour, là, bonjour
Crédit: Antoine Larochelle

Francis Ducharme Serge

Fort de sa formation en interprétation à l’Option-Théâtre du Collège Lionel-Groulx, Francis Ducharme a entamé, au début des années 2000, un parcours riche d’expériences où il exploite à la fois ses talents de comédien et de danseur.

La carrière cinématographique de Francis a débuté en 2003, alors qu’il a obtenu le rôle de Rémi dans le long métrage Elles étaient cinq de la réalisatrice Ghyslaine Côté. L’année suivante, il a incarné Paul dans C.R.A.Z.Y. de Jean-Marc Vallée. On l’a ensuite vu dans La Capture de Carole Laure, puis dans l’adaptation cinématographique de la série télé Grande Ourse, intitulé Grande Ourse – La Clé des possibles dans laquelle il a interprété le personnage de Marc. En 2009, il a campé le personnage de Boris dans le long métrage Les Signes vitaux de Sophie Deraspe. En 2013, il personnifie Mathieu, chef de la cellule felquiste dans le film Corbo et, en 2014, celui de Charles dans le long métrage Endorphine d’André Turpin. En 2015, il personnifie Joe Lebel dans le film Chasse-Galerie de Jean-Philippe Duval.

À la télévision, il a multiplié les apparitions dans Grande Ourse, Nos étés IV et Belle-Baie, où il se glisse dans la peau du personnage d’André Mallet, et de 2009 à 2012 dans Comment survivre aux week-ends sous les traits du personnage d’Étienne. Il a participé à la première saison de Victor Lessard.

Sur le web, il participe aux deux saisons de L’Âge adulte.

Francis ne laisse pas le théâtre en reste : il a pris part à une quinzaine de productions au cours des dix dernières années. Au chapitre des projets auxquels il a participé, nommons L’Imposture, présenté en 2009 au Théâtre du Nouveau Monde et mis en scène par Alice Ronfard, ainsi que Cinq visages pour Camille Brunelle, présenté en 2013 et 2014 au Théâtre Espace Go et mis en scène par Claude Poissant. Au printemps 2015, il a été de la distribution de Richard III, production acclamée au Théâtre du Nouveau Monde, dans une mise en scène de Brigitte Haentjens. En 2016, il a joué dans Toccate et fugue au Théâtre d’Aujourd’hui.

...

Bonjour, là, bonjour
Crédit: Jerry Pigeon

Annette Garant Charlotte

Diplômée de l’École nationale de théâtre du Canada, Annette Garant  cumule les apparitions sur scène. Dès le début de sa carrière, elle a su charmer le public par son grand talent.Au théâtre, elle a participé à plusieurs pièces, entre autres : Rien à voir avec les rossignols, Tout pour le fric, C’est ma vie, La chance au coureur, Rouge gueule, Retour d’ascenseur et Savoir compter. Elle a aussi été des pièces populaires Le malade imaginaire et Chlore.

À la télévision, elle a joué dans Le volcan tranquille, Chartrand et Simonne, Les Machos, Quadra, Diva, Caserne 24, Mon meilleur ennemi, Cauchemar d’amour, The last chapter, Le bleu du ciel, Toute la vérité et District 31. Présentement, on peut la voir dans la série O’ diffusée sur les ondes de TVA.

Au cinéma elle a été des films populaires Cruising bar, Matusalem, Louis 19, La mystérieuse Mlle C., Sur le seuil, Aurore, Steak et Votez Bougon.

...

Bonjour, là, bonjour
Crédit: Stéphane Dumais

Diane Lavallée Gilberte

Révélée à la télévision par le téléroman Grand-papa, elle a mis son talent au service de nombreuses émissions telles que Le monde merveilleux de Ding et Dong, 2 frères, La vie, la vie, Virginie, Max inc., Détect inc., Roxy, Les Boys, Vrak la vie, Caméra café, Il était une fois dans le trouble, 30 vies, Mon ex à moi, Boomerang, Web thérapie, Conseils de famille et En tout cas. Elle a également participé à de nombreux Bye-Bye et a incarné avec brio la délicieuse Thérèse de La Petite Vie. Au théâtre, elle a fait partie de plus de quarante productions, dont Les jumeaux vénitiens, Les noces de tôle, Les voisins, Le Roi se meurt, Un air de famille, Variations sur un temps, Inventaires, Les pieds des anges, Premières de classe, Visite libre, La déprime, Les 39 marches, Contes urbains, Monsieur Chasse, Week-end d’enfer et La bienheureuse/une veuve respectable s’initie à la vulgarité. Au cinéma, mentionnons sa présence dans le film Maurice Richard, où son interprétation d’Alice Norchet lui a valu une nomination aux Jutradans la catégorie Meilleure actrice dans un rôle de soutien. On l’a aussi vue dans plusieurs autres productions comme Elles étaient cinq, Idole instantanée, Karmina I et II, Nuit de noces, Histoires d’hiver, Le grand départ, Le sens de L’humour, La passion d’Augustine, 9 (Banque route) et De père en flic II. Elle a joué dans les webséries Quart de vie et Baby-boom.

...

Bonjour, là, bonjour
Crédit: Shayne Laverdière

Mylène MacKay Nicole

Diplômée de l’École nationale de théâtre du Canada en 2011, Mylène a su se tailler une place de choix dans le milieu culturel québécois. Elle entame sa carrière avec le rôle de Marilou dans la websérie Les Judas de Ziad Touma pour laquelle elle est nommée aux Gémeaux dans la catégorie Meilleure interprétation pour une série originale – nouveaux médias (2012). Elle a par la suite gagné à ce même gala un prix Gémeaux pour son interprétation d’Amélie dans la populaire série L’Âge adulte de François Jaros (2017).

Au petit écran, nous avons pu voir Mylène dans plus d’une dizaine de séries dont Les Beaux Malaises de Francis Leclerc, Unité 9 de Jean-Philippe Duval, Victor Lessard – Rouge Mémoire de Patrice Sauvé, Faits Divers de Stéphane Lapointe, Ruptures de Mariloup Wolfe ainsi que Mensonges de Sylvain Archambault.

C’est au cinéma que nous pouvons apprécier la grandeur de son talent, notamment dans le film à succès Nelly d’Anne Émond. Son interprétation de l’iconique auteure québécoise lui a valu le prix de la Meilleure interprétation – premier rôle féminin au Gala Québec Cinéma (2017). Elle fait également partie de la distribution d’Endorphine, long métrage où elle joue le rôle de Simone. Ce dernier lui a permis d’être nommée aux Prix Écrans Canadiens en 2016 pour la Meilleure interprétation féminine dans un rôle de soutien. Prochainement, nous pourrons voir Mylène dans les films Scuba Libre de Philippe Azoulay, Pauvre Georges de Claire Devers ainsi que Genèse de Philippe Lesage.

...

Bonjour, là, bonjour
Crédit: Maxime Côté

Gilles Renaud Armand

Gilles Renaud a pratiquement tout fait au théâtre : régisseur, administrateur, metteur en scène, directeur de la section interprétation à l'École nationale de théâtre (1987-1991), enseignant et comédien. On peut le voir régulièrement à la télévision (Mémoires vives, Mirador, Nos étés, 7e round, René Lévesque, Cover Girl, Temps dur, Grande Ourse, Le cœur découvert, Les machos, La vie, la vie, etc.), et il a joué dans près de trente films, dont Hochelaga, terre des âmes (F. Girard), Les mauvaises herbes (L. Bélanger), Le Démantèlement (S. Pilote), Tout ce que tu possèdes (B. Émond), Cabotins (A. Desrochers), Cheech (P. Sauvé), Bon cop, bad cop (É. Canuel), La vie secrète des gens heureux (S. Lapointe), Le survenant (É. Canuel), Gaz Bar Blues (L. Bélanger), Le sexe des étoiles (P. Baillargeon) et La dame en couleurs (C. Jutra). Sur scène, il a collaboré à plus d'une centaine de pièces de théâtre, dont : Août, un repas à la campagne (Duceppe), L’Histoire du roi Lear (TNM), Bonbons assortis (Théâtre du Rideau Vert), Monsieur Bovary (TNM), La fin de la civilisation (Théâtre de Quat'Sous), Pour adultes seulement (Théâtre de Quat'Sous), Quai Ouest (Espace GO) et Les émigrés (Duceppe).

...

Bonjour, là, bonjour
Crédit: Ulysse Del Drago

Geneviève Schmidt Denise

Geneviève Schmidt est diplômée de l’École nationale de théâtre, cuvée 2008. En 2000, elle fonde la compagnie de théâtre Société Richard III. Elle produit plusieurs spectacles auxquels elle participe, notamment à la Salle Fred-Barry. 

En 2015, elle fait partie du succès théâtral Cinq à sept (Espace GO)de Fanny Britt ainsi que de Variations sur un temps (Théâtre de Quat’Sous) de David Ives. Plus récemment, elle est de la distribution des pièces Dimanche Napalm (Théâtre d’Aujourd’hui), texte et mise en scène de Sébastien David, et Je préfère qu’on reste amis (Théâtre du Rideau Vert), mise en scène par Denise Filiatrault, qui l’avait aussi dirigée en 2013 dans L’amour, la mort et le prêt-à-porter.

Au petit écran, on l’a vue dans Les hauts et les bas de Sophie Paquin, Tout sur moi, Ces gars-là et plus récemment dans Ruptures III, Les Magnifiques, L’Échappée II, Unité 9, Les Beaux Malaises et La Théorie du K.O.

Au cinéma, elle participe entre autres en 2013 au long métrage Il était une fois les boys de Richard Goudreau, ainsi qu’en 2014 au succès de Paul à Québec de François Bouvier. Elle est également de la distribution de Le Trip à trois ainsi que du prochain film de Denys Arcand : La chute de l’empire américain.

...

Ce qu'on en dit

« Incarné avec une admirable intériorité par Francis Ducharme, le jeune héros apparaît d’abord chez son père, Armand (Gilles Renaud), un homme abîmé par la vie, rendu sourd par le travail…[…] La mise en scène de Claude Poissant, sa première incursion dans l’univers de Tremblay, est limpide.»

Christian Saint-Pierre - Le Devoir

« […] Au sein d’une distribution particulièrement juste et équilibrée, où Francis Ducharme se distingue par sa finesse sans jamais la dominer, il faut saluer l’exploit de Gilles Renaud qui reprend, 44 ans plus tard, le rôle du père… »

Marie-Christiane Hellot - revuejeu.org

« […] le metteur en scène travaille le texte avec un respect total de la langue de Tremblay, des sous-entendus et du sens caché qu'elle peut contenir. Il sait faire se déployer toute la profondeur de ces personnages tragiques du répertoire québécois qu'il fait bon revoir et qui continueront d'être pertinents encore longtemps. »

Mario Cloutier - La Presse +

« Triste, drôle, dérangeante, intrigante; la pièce « Bonjour, là, bonjour» écrite en 1974 par Michel Tremblay se déguste comme un grand vin qui a bien vieilli. »

Emmanuel Martinez - QMI

« La mise en scène de Claude Poissant envoûte et étonne. … Bonjour, là, bonjour offre des performances à la fois drôles et touchantes, mais surtout bouleversantes. On ne peut qu’aimer profondément les personnages […] Une réflexion essentielle sur notre quête du bonheur ! »

Marie-Andrée Arsenault - Mazrou.com

« Mise en scène avec beaucoup d’émotion par Claude Poissant, dans une belle scénographie d’Olivier Landreville, et portée par une distribution magistrale, Boujour là, bonjour plonge le spectateur au cœur de la singularité d’une famille québécoise, avec ses secrets, ses manques, ses dysfonctionnements et ses efforts pour communiquer l’évidence des sentiments.»

SOPHIE JAMA - Pieuvre.ca

« Tous les comédiens sont fantastiques, mais Gilles Renaud, qui a joué le même rôle il y a quarante-quatre ans,  est d’un naturel ahurissant. […] Claude Poissant, un directeur d’acteurs formidable.

Rafaële Germain - Culture Club, Ici Première

«La mise en scène de Bonjour, là, bonjour, signée Claude Poissant, est une réussite. L’accueil chaleureux du public, lors de la première, en est la preuve irréfutable.»

Micheline Rouette - ARP Média

« Avec une précision admirable, le metteur en scène découpe les scènes comme un orfèvre, les révélations s’imbriquent l’une dans l’autre, et finissent par dresser un portrait décapant d’une famille dysfonctionnelle »

Pierre-Alexandre Buisson - Bible Urbaine

« La distribution est formidable, chacun incarnant intensément son rôle, aussi complexe soit-il. Les conversations sans cesse entrecoupées doivent être tout un défi à relever pour les comédiens, et ils le font à merveille. »

Notre Montréalité

Invité à Plus on est de fous plus on lit pour parler de son dernier ouvrage en librairie cette semaine, Michel Tremblay dit de Bonjour, là, bonjour, bientôt à l'affiche : « Je trouve que Bonjour, là bonjour est une vraie pièce des années 70, c’est à dire l’amour triomphe de tout, même de tous les tabous»

Marie-Louise Arsenault - Plus on est de fous, plus on lit !

«J’ai joué dans cette pièce en 1974, lors de sa création», confie Gilles Renaud. Étrangement, près de 45 ans plus tard, Gilles Renaud entrera de nouveau dans la peau d’Armand, le père, le personnage même qu’il avait interprété lorsque la pièce avait vu le jour. « À l’époque, j’avais 29 ans et je jouais aussi le père », se rappelle le comédien. « Nous étions dans un univers non réaliste où trois personnages dans la soixantaine étaient joués par des comédiens beaucoup plus jeunes. »

LOUISE BOURBONNAIS - Le journal de Montréal

« C'était en 1974. Un Claude Poissant de 18 ans assistait, bouleversé, à la création de Bonjour, là, bonjour, qui mettait notamment en vedette Gilles Renaud. Quatre décennies plus tard, les deux artistes sont réunis par une nouvelle production qui constitue, étonnamment, la première incursion du metteur en scène chez Michel Tremblay. Comme s’il attendait, sans s’en rendre compte, l’occasion de monter cette pièce-là, « la mienne ». »

Marie Labrecque - Le Devoir

Espace prof

Durée

1 h 40

sans

Entracte

Billeterie grand public
Besoin de plus de renseignements?

Contactez nos Services scolaires au 514 253-9095 poste 224 ou par courriel

Lundi au vendredi - 9h à 17h

Cahier du Théâtre Denise-Pelletier

Préparer votre sortie

Le TDP vous propose...